La durabilité te tient à cœur? Cherche les labels des organisations à but non lucratif ASC et MSC lorsque tu achètes du poisson.  

Le label ASC identifie des poissons et des fruits de mer élevés dans le respect de pratiques responsables.  

Le label MSC identifie des poissons issus de la pêche durable. 

 ASC et MSC travaillent de façon indépendante et scientifique.  

Ta voix compte!

En choisissant un produit estampillé du label MSC ou ASC, tu inities un cercle vertueux.  

Comment, te demandes-tu?  

Le commerçant qui te vend le poisson remarque que la demande en poissons d’origine responsable augmente et commande de ce fait davantage de poissons certifiés à ses fournisseurs. Cela arrive jusqu’aux oreilles des éleveurs ou des pêcheurs, que cela motive à se faire certifier.  

 De cette manière, nous contribuons tous ensemble à la biodiversité de nos mers, de nos lacs et de nos rivières, afin de laisser à nos enfants et petits-enfants une planète en bonne santé. 

C’est toi qui décide, alors check ton poisson!

Une consommation de poisson durable – oui, mais comment?

Tu aimes manger du poisson de temps en temps, mais tu ne veux pas contribuer à nuire encore plus à notre environnement? Voici comment prendre une part active à la protection de nos mers, de nos rivières et de nos lacs!

Check nos conseils !

1

Consomme du poisson de façon plus réfléchie et choisis des produits durables

«Ne te laisse pas corrompre par les offres promotionnelles. Le poisson est une ressource précieuse qui a un prix. La durabilité ne s’obtient pas en un claquement de doigts, les pêcheries et les élevages responsables doivent investir, procéder à des transformations et effectuer des contrôles.»
Kathrin Steinberg, Head of Research chez ASC

2

Bœuf, porc ou poisson? Plutôt poisson!

«Le poisson est un aliment très économe en ressource, avec une faible empreinte carbone, en particulier si on le compare à d’autres sources de protéines animales. Par rapport à un rumsteck, un filet de poisson est toujours le meilleur choix d’un point de vue écologique.» 
Vivien Kudelka, biologiste marine chez MSC

3

Ose la nouveauté: les petites espèces de poisson ou les algues sont bonnes pour la santé et pour l’environnement 

«Il ne faut pas toujours manger du saumon ou du thon. Goûte aussi d’autres poissons et produits de la mer, par exemple des espèces de petite taille comme les sprats ou la limande, qui ont une concentration élevée en nutriments. Mais si vous souhaitez une alimentation plus durable et responsable, ne dédaignez pas les méduses, les algues ou autres plantes aquatiques – ce sont de vrais superaliments.» 
Dr Holger Kühnhold, scientifique au centre Leibniz pour la recherche tropicale marine

4

Cherche les labels de durabilité 

«À quelques exceptions près, comme l’anguille par exemple, peu d’espèces sont à proscrire de l’alimentation pour des raisons purement écologiques. Cela dépend du stock dont est issu le poisson. Pour pratiquement toutes les espèces de poissons, il existe des stocks surexploités et des stocks sous-exploités, de même qu'il existe des pêcheurs qui travaillent de façon non-polluante et d’autres qui ne le font pas. Il faut donc regarder exactement d’où vient le poisson et comment il a été pêché. Les labels de durabilité tels que le label MSC ou ASC (dans le cas de l’aquaculture) fournissent un moyen de s’orienter.» 
Dr Kristina Barz, scientifique à l’institut Thünen pour la pêche en mer Baltique

5

Essaie d’utiliser tout le poisson

«La durabilité ne s’arrête pas à la porte de la cuisine. Souvent, on se limite aux filets du poisson et on jette le reste. Il est possible de faire autrement! La cuisine dite «Nose-to-Tail» utilise aussi les autres parties du poisson pour composer des plats délicieux et éviter quantité de déchets. Les arêtes de poissons permettent de préparer un délicieux bouillon, tandis que les restes peuvent être utilisés pour réaliser des dips et des sauces. Même les têtes des poissons, que l'on jette souvent, donnent un délicieux curry.» 
Manuel Antonio Pereira Lima, spécialiste du poisson et formateur en poissonnerie chez Edeka

et fondent leurs programmes et leurs référentiels sur des connaissances scientifiques

ASC et MSC travaillent en étroite collaboration avec la communauté scientifique. Les deux organisations à but non lucratif vérifient leurs référentiels régulièrement et les adaptent aux dernières découvertes scientifiques.

Toute certification MSC délivrée à une pêcherie repose sur des fondements scientifiques: les données scientifiques montrent par exemple si une population de poissons est victime de la surpêche ou si une pêcherie exploite de trop grandes quantités.

Des analyses à grande échelle des élevages certifiés par l’ASC montrent, d'une part, les effets du programme ASC sur notre environnement et d’autre part, les tendances et les évolutions. Elles permettent de s’assurer que les installations des exploitations restent adaptées et même innovantes.

L’impact positif d’ASC et MSC est démontrable.

Depuis la certification de la première pêcherie par MSC en l’an 2000, les efforts conjugués de toutes les pêcheries certifiées ont permis d’apporter environ 2000 améliorations mesurables sur et dans nos mers. Rien que l’année dernière, nous avons par exemple répertorié environ 100 améliorations, qui concernaient, pour plus de la moitié, des espèces menacées ou protégées!   

Une pêcherie de thons australienne a par exemple introduit un système de surveillance électronique sur ses bateaux afin d’évaluer les risques pour les tortues et les requins mako.  

Au Canada, une pêcherie d’aiglefins possède un nouveau système d’aide à l’identification comprenant huit espèces de raies, afin de mieux identifier les raies étoilées qui sont classées parmi les espèces menacées et en protéger ainsi les stocks.  

Une pêcherie de crabes islandaise soutient la recherche en vue de cartographier les fonds marins (et éviter ainsi les dommages potentiels aux groupes d’éponges fragiles qui vivent dans les abysses).  

L’amélioration de la pêche implique aussi l’amélioration des écosystèmes et des biotopes locaux. 

Que signifie une certification ASC pour les pisciculteurs? Au cours de l’année 2018 uniquement, 1600 améliorations ont dû être mises en œuvre dans les élevages pour répondre aux exigences sociales et environnementales des référentiels ASC.  

Ces trois dernières années, les élevages de crevettes certifiés par l’ASC ont baissé la proportion de farines de poisson utilisées dans l’alimentation, la faisant passer de près de 33% à environ 12% seulement. Les stocks sauvages sont ainsi moins sous pression.  

Les exploitations certifiées ASC déploient de nombreuses mesures pour prévenir les maladies en amont. Elles installent par exemple des filets pour tenir les oiseaux à distance, ces derniers étant susceptibles d’importer des germes.  

Les élevages piscicoles sont souvent situés dans des zones reculées obligeant le personnel à dormir sur place. Les éleveurs de crevettes ASC ont investi dans de nouveaux hébergements, de nouvelles douches et ont fait tester l’eau potable. En Inde, il a été obtenu que l’ensemble du personnel bénéficie dorénavant d’une assurance maladie. 

En savoir plus:

avec le soutien de: